Les feux de brouillard sont bien souvent méconnus des conducteurs et rarement utilisés à bon escient. Leur utilisation est en effet réglementée par le Code de la route et peut mener à des sanctions si elle n’est pas respectée. A quoi servent-ils ? Quand faut-il les allumer ? Un petit tour des bonnes pratiques.

« Retour à : Tous les Cours sur les Feux Lumineux

Qu’est-ce que les feux de brouillard ?

Les feux de brouillard ou feux antibrouillard sont des feux à forte intensité particulièrement utiles lorsque les intempéries perturbent la vision du conducteur.

Il en existe deux :

  • les feux de brouillard avant : blancs ou jaunes, ils éclairent la chaussée à courte distance, vers le bas et les côtés ;
  • les feux de brouillards arrière : rouges, ils indiquent la présence d’un véhicule sur la route aux autres automobilistes, notamment en cas d’intempéries.

Quand mettre les feux de brouillard ?

Les feux de brouillard avant sont utilisés en complément ou en remplacement des feux de croisements, lors d’intempéries perturbant la visibilité (très forte pluie, brouillard, chute de neige importante, etc) ou pour éclairer une route non éclairée étroite et sinueuse quelque peu dangereuse. Ils doivent être impérativement éteints dans les agglomérations et lorsque l’on croise ou dépasse un véhicule afin de ne pas aveugler les automobilistes.

Les feux de brouillard arrière sont particulièrement éblouissants et ne sont utilisés qu’en cas de brouillard, voire de fortes chutes de neige. En revanche, il est interdit de les utiliser s’il pleut.

Dans tous les cas, en cas de visibilité réduite, le premier geste consiste à réduire sa vitesse de conduite (à 50 km/h pour une visibilité inférieure à 50 m), et ce que vous rouliez avec ou sans feux de brouillard.

Les feux de brouillard sont interdits lorsque les conditions de visibilité sont bonnes.

Quelles sont les sanctions prévues par le code de la route en cas d’oubli ou d’usage abusif ?

L’utilisation des feux de brouillard est régie par l’article R416-7 du Code de la route. Il stipule que ces feux doivent être utilisés convenablement, seulement lorsqu’ils sont utiles, de manière à ne pas perturber la visibilité des autres automobilistes.

Une mauvaise utilisation des feux de brouillard est sanctionnée d’une amende forfaitaire de 135 euros – minorée à 90 euros en cas de règlement avant 15 jours – mais n’entraîne aucun retrait de points de permis.

Quelles sont les bonnes pratiques ?

Les feux de brouillard son régulièrement utilisés de manière abusive lorsque la visibilité est correcte ou alors oubliés. Tant que la visibilité est supérieure à 200 m, ils ne sont pas utiles puisqu’il faut environ 170 m (temps de réaction inclus) à un véhicule roulant à 130 km/h sur route sèche ou à 110 km/h sur une route humide pour s’arrêter. Il ne faut pas oublier que les feux de brouillards sont particulièrement aveuglants et qu’ils ne doivent être utilisés qu’à bon escient pour ne pas gêner les autres automobilistes ; ils sont une possibilité et non une obligation.

A lire aussi :