« Retour à : Tous les Cours sur les Feux Lumineux

A quoi correspondent les feux de détresse ?

Les feux de détresse, autrement appelés « warnings », correspondent aux quatre feux clignotants allumés en même temps. Comme leur nom l’indique, ils ont pour fonction de signaler aux autres automobilistes un danger immédiat. Les feux de détresse s’actionnent à l’aide d’un gros bouton rouge généralement installé à droite du tableau de bord.

Signaler un accident ou une panne

Les feux de détresse doivent être actionnés lorsque le véhicule tombe en panne ou a dû s’arrêter pour un cas de force majeure. Il s’agit de signaler aux voitures arrivant derrière qu’il y a un obstacle sur leur trajectoire (la voiture accidentée, en l’occurrence). Dans un cas pareil, les feux de détresse seuls ne suffisent pas, car il faut que les autres automobilistes puissent anticiper leur ralentissement. Il faut alors poser le triangle rouge, obligatoire dans chaque véhicule, une centaine de mètres en amont de l’obstacle.

Signaler un fort ralentissement

Les feux de détresse ont pour fonction d’éviter un carambolage. Ils doivent donc être actionnés lorsque vous arrivez dans un bouchon. C’est d’autant plus important si vous circulez sur une route où la vitesse autorisée est 110, voire 130 km/h, et que le bouchon arrive sans prévenir. En arrivant à la fin du bouchon, vous avez déjà été prévenu par les warnings de la voiture de devant. Vous actionnez alors les vôtres, et vous les laissez jusqu’à ce qu’une autre voiture se soit arrêtée derrière vous, qui à son tour actionnera ses warnings.

A ne pas faire avec les feux de détresse

Certains automobilistes usent et abusent de leurs feux de détresse, en s’arrêtant en plein milieu de la route pour discuter avec une connaissance se trouvant sur le trottoir. Parfois, c’est même le temps d’aller faire une course. Ce comportement est évidemment interdit, parce que gênant et… sans gêne !

Les sanctions en cas de mauvaise utilisation des warnings

Les feux de détresse font partie intégrante de la sécurité routière. Leur mauvaise utilisation, et même leur non utilisation, peut dans certains cas provoquer un accident.

Ainsi, ne pas mettre ses feux de détresse en arrivant à la fin d’un bouchon, alors qu’on est le dernier de la file, peut donner lieu à une contravention de la 2e classe et à une amende forfaitaire de 35 euros.

Lorsque vous omettez de signaler par vos warnings une panne ou un accident, le risque est beaucoup plus important et vous vous exposez à une contravention de la 4e classe, assortie d’une amende forfaitaire de 135 euros.

Attention : le fait que les feux de détresse ne fonctionnent plus (les ampoules sont grillées) ne constitue pas une exemption de sanction. Tout conducteur est responsable du bon fonctionnement de ses feux.

A lire aussi :