Cours Signalisation Code de la Route 2018

Le code de la route est l’ensemble des normes conventionnelles destinées à réguler le trafic automobile, à trancher les conflits de rapport de priorité et définir les responsabilités en cas d’accident. Ces normes peuvent être regroupées en trois catégories :

  • Les principes non écrits (préséance, fluidité de trafic, priorité exceptionnelle, distance, sécurité etc.)
  • La signalétique
  • Le marquage

« Retour à : Tous les Cours du Code de la Route 2018

1. Principes implicites

Les principes que j’appelle implicite sont en général des règles non écrites ou, quand elles sont écrites, vous ne les trouverez marquées sur aucun panneau. Nous allons en choisir quatre :

a. La préséance du dynamique sur le statique

Supposons que vous vous retrouvez à un carrefour. Le feu tricolore est rouge. Un panneau tout en bas du feu vous exige de marquer l’arrêt. A ce même carrefour se tient un agent qualifié (gendarme, policier ou autre…) de profil. Sa main gauche, les doigts joints, reste tendue vers votre direction alors que sa main droite décrit un mouvement circulaire. La question est simple : à quel indicateur de trafic obéissez-vous.

Vous vous arrêtez complètement, question de ne pas griller un feu rouge ? Vous marquez l’arrêt un instant, regardant à gauche puis à droit avant de traverser la chaussée ou prendre la direction que vous aviez prévue vers votre destination ? Ou ignorez-vous à la fois le feu et le panneau stop pour ne vous fier qu’aux instructions de l’agents qualifié devant vous ? La troisième réponse est bien sûr la bonne. L’agent qualité a préséance sur le feu et le panneau. En l’absence de l’agent qualifié à ce carrefour, l’ordre de préséance vous impose de vous fier au feu avant le panneau.

Le principe est donc le suivant : lors qu’une situation de trafic s’avère complexe, le paramètre de régulation le plus dynamique, c’est-à-dire, le moins rigide ou le plus flexible capable de s’adapter et répondre le mieux possible au besoin de fluidifier du trafic, a préséance sur les autres.

b. Ne pas fermer un carrefour

Il est une autre règle implicite que beaucoup ignore et qui est non négligeable. A supposer que vous être dans une file sur une route en ville. A hauteur d’un croisement avec une autre rue qui traverse celle sur laquelle vous vous trouvez, une autre file de voiture s’y trouve. La voiture devant vous vient tout juste de dépasser le croissement.

Si vous ne maintenez pas une distance de sécurité suffisante, il vous sera impossible de garantir la fluidité du trafic venant de la rue transversale en l’absence d’un feu ou de panneau de priorité (voie prioritaire, voie avec priorité de droite au carrefour ou priorité de droit pour les véhicules devant de droit au prochain carrefour), dans l’hypothèse où la circulation dans la direction opposée à la vôtre reste plus ou moins fluide.

La manière correcte de conduire oblige ici de ne pas bloquer le carrefour pour permettre aux voitures venant de la rue transversale de pouvoir continuer à circuler le plus normalement possible.

c. Principe de la tirette

Dans certains pays d’Europe, comme en Belgique, il existe ce qu’on appelle « principe de la tirette ». L’idée est que lors qu’il y a rétrécissement de la voie de deux bandes à une ou de trois à deux, peu importe, les voitures se trouvant sur la bande en rétrécissement roulent jusqu’au bout de la voie. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elles doivent mettre leur clignotant et se rabattre l’une après l’autre. Les voitures se trouvant sur la voie sauve ont l’obligation de filtrer une à une celles venant de la voie en disparition entre elles, ce pour maintenir une circulation la plus fluide possible.

d. Véhicule prioritaire

Le principe des priorités exceptionnelles est celui qui veut qu’on laisse passer un véhicule de police, des secours, des pompiers ou une ambulance quand, dans une situation d’urgence, feu bleu ou rouge des gyrophares allumés et sirène retentissant, elle se retrouve soit dans un embouteillage ou à un carrefour où le feu est rouge. Dans ce cas, il est même toléré de griller un feu rouge pour se mettre à côté et la laisser passer.

e. Autres

Plusieurs autres principes implicites peuvent être rappelés : l’obligation d’attacher sa ceinture, impératif de respect des règles de sécurité pour attacher les enfants, l’interdiction de garer sur un passage piéton, les quatre feux lors qu’on gare en double file pour décharger sa voiture à défaut de trouver un lieu de stationnement adéquat, rouler le plus possible sur la bande de droit sur autoroute, les distances de sécurité etc.

2. La Signalétique

La signalétique est la partie la plus imposante du code. Nous la subdiviserons en deux parties :

  • Les panneaux
  • La signalisation lumineuse

a. Les panneaux

Il existe principalement quatre types de panneaux :

Les panneaux d’attention ou de danger

Ils sont généralement de forme triangulaire droite ou renversée ou en losange. Les panneaux triangulaire sont en fond blanc. La signalétique marquée dessus est en règle générale de couleur noir ou rouge (panneau vent latéral par exemple). La bordure de ces panneaux est bordé d’une bande toujours en rouge. Les panneaux en losange ont une bordure blanche sur fond orange. On pourrait citer parmi ces panneaux, ceux pour :

  • Céder le passage,
  • Fin de priorité de droite,
  • Route prioritaire,
  • Priorité de droite au prochain carrefour,
  • Carrefour à sens giratoire,
  • Voie débouchant sur un quai ou une berge,
  • Annonce de feux tricolores,
  • Annonce d’un virage à gauche (ou à droite) en épingle,
  • Cassis ou dos-d’âne,
  • Chaussée rétrécies (à gauche, à droite, au centre),
  • Passage à niveau avec (ou sans) barrière,
  • Chaussée particulièrement glissante,
  • Endroit fréquenté par les enfants,
  • Attention danger (objet du danger non précisé…),
  • Risque de chute de pierres…,
  • etc.

Les panneaux d’obligation

L’obligation est symbolisée dans le code par des panneaux circulaires ou (droit) rectangulaire sur fond bleu avec une bordure blanche. Ils indiquent une direction obligatoire (gauche, droite, tout droit…), une voie/bande réservée (aux piétons, cycliste, bus, auto ou moto, tram etc.), la vitesse minimale, un lieu de stationnement, un lieu parking réservé, l’emplacement d’arrêt d’urgence, une impasse, la priorité par rapport à la circulation venant en sens inverse, les conditions particulières de circulation comme les rappels des limitations de vitesse sur un territoire etc.

Les panneaux d’interdiction

L’interdiction dans le code est symbolisée par des panneaux circulaire ou droit rectangulaire sur fond blanc ou bleu (avec une bande rouge en diagonale ou deux bandes rouges croisées pour ce qui est du stationnement par exemple) avec une bordure rouge ou sur fond entièrement rouge avec une bande blanche centrale. On peut citer dans ce cas les limitations de vitesses (vitesse maximale), les sens interdits, les accès interdits (aux piétons, aux véhicules à moteur, aux véhicules avec un certain tonnage etc.), les entrées de zones avec vitesse limitée, les limitations d’accès aux véhicules d’une certaine hauteur ou largeur, les interdictions de circuler, d’aller à gauche ou à droite ou de faire demi-tour, de dépasser, de stationner (sur un trottoir en stationnement alterné par exemple), d’arrêt et de stationnement à la fois, etc.

Les panneaux info-directionnels de signalisation avancée et divers

Les panneaux info-directionnels sont indicatifs. Ils vous informent sur une direction (une ville de destination, une sortie d’autoroute numérotée, une bifurcation, une affectation de voie numérotée ou non, une pré-signalisation diagrammatique des carrefours complexes etc.), sur le type de route que vous empruntez (départementale, nationale, autoroute, etc.), les avertissements de sorties d’autoroutes, les aires de repos, la présignalisation de village étape, les enchainements de sorties les plus rapprochés, les déviations simples ou détaillées etc.

A côté de ceci, une multitude d’autres panneaux indicatifs existent. Ils n’indiquent pas forcément une direction mais peuvent par exemple vous informer sur un chantier sur votre route sur un certain nombre de kilomètre, vous prévenir de la nécessité de vous équiper des chaines de neiges, d’indiquer que l’emplacement d’arrêt d’urgence est doté d’un poste d’appel d’urgence et d’un moyen de lutte contre l’incendie, de marquer les bornes de localisation, etc.

Les Bornes de Localisation – Cours de Code de la Route

b. La signalisation lumineuse

Elle est de deux types : fixe (c’est le cas des feux tricolores et des panneaux lumineux sur des portiques), et mobile, pour d’autre type de signalisation lumineuse souvent temporaire ou circonstancielle.

La Signalisation Lumineuse – Cours de Code de la Route

Les feux tricolores et signalisation lumineuse sur portique

Comme le dit explicitement le terme « tricolores », la signalisation lumineuse fixe comporte des feux de trois couleurs :

  • La verte vous indique que la voie est libre et que vous pouvez vous y engager en toute « sécurité », tout en restant vigilant (la priorité n’est pas toujours sécurité).
  • La rouge vous impose un arrêter (terme différent d’un stationnement) : il s’agit d’un impératif d’ordre public et de sécurité absolue, à ne franchir sous aucun prétexte, sauf dans des cas exceptionnels comme pour laisser passer un véhicule prioritaire.
  • L’orange est purement transitoire. Il peut cependant être assimilé au feu vert quand clignote en continue. La prudence reste ici, comme toujours, de mise.

Les Feux Tricolores – Cours de Code de la Route

Les signalisations lumineuses sur les portiques respectent la même logique des trois couleurs. Elles donnent des indications sur les voies autorisées (une flèche lumineuse verte orientée vers le bas), des voies barrée (deux barres diagonales rouges croisées), les rappels de limitations de vitesses décroissantes à l’approche d’une zone de travaux sur autoroute ou à l’approche d’un tunnel. Elles servent aussi à passer des informations sur des événements sur le trafic : un accident pouvant expliquer le ralentissement du trafic, le temps estimé pour atteindre une ville compte tenu des embouteillages, la présence d’un conducteur fantôme (conducteur roulant à contre-sens) sur autoroute, la présence des travaux etc.

D’autres signalisations lumineuses fixes existent : on pense par exemple aux feux dynamiques de balisage de virages, aux balises de musoir signalant la divergence des voies etc.

Signalisations lumineuses temporaires

Elles sont essentiellement relatives à des circonstances précises sur la voie publique. Par exemple, lorsque, sur une voie publique, une bande de circulation est entravée suite à des travaux, il est impératif, qu’en l’absence d’un panneau indiquant un rétrécissement de voie, qu’il soit placé à des centaines de mètres en amont un véhicule monté de feux lumineux à catadioptres clignotant représentant une flèche qui indique la voie sur laquelle se rabattre ou deux barres croisées pour signaler que la voie est barrée (et qu’il est de toute façon impératif de se rabattre).

Tout le long d’une zone de travaux, des feux en catadioptre peuvent être montés sur des piquets multicolores pour baliser la voie.

La Signalisation Lumineuse temporaire – Cours de Code de la Route

3. Le marquage

Les marquages au sol sont des indications écrites sur la chaussée même et destinés, au même titre que les panneaux, à réguler et fluidifier le trafic. Ils sont faits de lignes, de flèches directionnelles, de barre, de triangle inversé, de cadre limitant un emplacement réservé, de dessins spécifiques etc.

Le Marquage au Sol – Cours de Code de la Route

a. Les lignes

Il en existe de deux types : lignes d’annonce (aussi interdiction) et de limitation

  • Lignes continues : à la fois ligne d’annonce et de limitation, elles vous interdisent de la franchir pour changer de bande ou dépasser par exemple, annonçant une zone dangereuse (comme un virage serré par exemple).
  • Lignes de guide : discontinue, elles limitent les voies sur une chaussée à sens unique et indiquent sur une route à double sens que le dépassement est autorisé.
  • Lignes de dissuasion : comme ligne d’annonce, elles indiquent l’approche d’une ligne continue, et comme ligne de limitation, elles marquent la voie des véhicules lents sur voie rapide.
  • Lignes mixte : continues et discontinues, elles précisent le sens d’un rabattement possible du discontinue vers le continue (de la gauche vers la droite ou de la droite vers la gauche).
  • Lignes de rive : continues ou discontinues ou encore les deux, suivant les circonstance (approches de certains carrefours, bretelles de raccordement, virages etc.), elles séparent l’accotement de la chaussée.
  • Etc.

b. Les flèches

Essentiellement directionnelles, elles indiquent le sens de la circulation, les sorties d’autoroute, l’obligation de rabattement à l’annonce d’un rétrécissement de la chaussée. Elles ont le même pouvoir contraignant que les panneaux d’obligation.

c. Les triangles

Ils sont complémentaires aux panneaux triangulaires renversés obligeant de céder le passage. On les retrouve à l’entrée d’un rondpoint ou d’une voie prioritaire, à l’approche d’un dispositif surélevé, etc.

d. Les barres

Elles peuvent servir de marquage d’ilots directionnels et de passage piéton.

e. Les marquages spécifiques

Nous pensons aux emplacements handicapés, aux délimitations d’emplacement de parking réservé (en bleu avec pictogramme spécifique) ou non etc.

Ceci n’étant au demeurant qu’un rapide résumé du code, il est important de consulter la documentation spécialisée disponible dans divers bibliothèque ou sur internet pour de plus amples détails sur la signalisation ci-dessus exposée.

A lire aussi :